Démystifier les idées reçues sur la masturbation féminine

Démystifier les idées reçues sur la masturbation féminine

Une des seules certitudes que nous avons à propos de la sexualité féminine, c’est qu’elle est enveloppée dans un grand manteau de tabous. Dès notre plus jeune âge, on nous apprend que la masturbation est une activité réservée aux hommes, qu’elle est sale et qu’elle réduit notre libido. Résultat : nombreuses sont les femmes qui se sentent honteuses et gênées par leur propre sexualité. Pour cet article, nous nous sommes donné comme mission de faire la peau aux stéréotypes sur le plaisir en solitaire. Parce que prendre du temps pour soi devrait être synonyme de self-love et non de honte !

 

 

Idée reçue #1 : Se faire plaisir en solo est une pratique réservée aux célibataires

Quelque part, dans les recoins de notre esprit existe une règle tacite qui dicte que la masturbation serait réservée aux célibataires. Elle servirait à pallier le manque de rapports sexuels avec un ou une partenaire. Comme une petite tartine de beurre en attendant l’heure du repas.

Notre culture a hérité d’une conscience judéo-chrétienne qui considère toujours les relations sexuelles entre couples comme exclusives. C’est elle qui a déposé cette règle.  ⛪

Le sexe, c’est sacré. Oui, mais le sexe, c’est également une relation intime avec soi-même.

Un moment en solo n’a rien à voir avec un rapport à plusieurs. Alors que le premier est l’exploration de son plaisir, la rencontre de soi, le second est synonyme de partage et de don. 💞

Se masturber lorsque l’on est en couple est tout aussi génial que quand on est célibataire. Faire l’amour à soi et aux autres ne sont pas des activités qui s’excluent mutuellement. Plutôt une bonne nouvelle non ? 🌞

 

 

Idée reçue #2 : Trop se masturber fait disparaître la libido

Avez-vous déjà entendu de la bouche de proches ou de pseudoarticles sexo que trop de masturbation réduit la libido et empêche les couples de s’épanouir sexuellement ?

Cependant, aucune preuve scientifique n’est présentée pour soutenir cette affirmation. Les recherches suggèrent plutôt que se faire du bien fréquemment peut réellement améliorer la fonction sexuelle chez les femmes. 🙌

Il semblerait même que les femmes qui se masturbent régulièrement sont plus susceptibles d’être plus satisfaites de leur vie sexuelle que celles qui ne se laissent pas tenter par l’onanisme.

On oublie l’idée d’un couple comme deux identités qui fusionnent pour former un monolithe. Chacun.e est un individu indépendant avec sa personnalité, ses envies et son intimité.

L’épanouissement de l’un fait le bonheur de l’autre dans tous les domaines du quotidien et donc dans la vie sexuelle aussi. ✨

 

Idée reçue # 3 : Se masturber pendant les règles c’est sale

Depuis que nous sommes petites, on nous répète que se masturber est une pratique sale. Nous avons cette idée que les gentilles filles ne le font pas et que c’est quelque chose de réserver aux bad girls perverses et tordues. 😈

Que l’on en soit convaincue ou non, nous finissions par nous censurer sur le sujet. Personne n’ose parler de masturbation féminine et encore moins poser des questions. Nous avons peur de passer pour un cas trop original ou de ne pas être acceptées dans notre groupe d’ami.e.s.

Eh oui, trouver sa place et être intégré est souvent la priorité de nos années d’adolescence plus que d’être vulnérable.

On enseigne aux femmes, dès leur plus jeune âge, à avoir honte de leur sexualité, et cette honte intériorisée peut entraîner des problématiques d’éducation sexuelle et d’estime de soi.

Cependant, nous passons à côté de l’info fondamentale qui est que la masturbation est parfaitement naturelle et saine, et il n’y a rien de sale là-dedans. It's called self-care baby ! 🍃

En fait, c’est un excellent moyen d’apprendre à connaître son propre corps et de découvrir ce que nous aimons ou non. Notre technique, nos préférences et nos fantasmes nous appartiennent. Ils sont une part de l’expression de soi et même une forme de créativité ! Personne n’est en position de les juger. Ni nos camarades de classe, nos collègues, notre famille ou la société dans laquelle nous vivons.

 

Idée reçue #4 : On peut devenir accro au vibro

Pour certaines, l’idée de devenir dépendant des sextoys et des vibrateurs est une véritable inquiétude. 👻

Après tout, si l’on peut devenir accro à ce qui nous provoque un rush de plaisir instantané comme les jeux d’argent, la caféine et les réseaux sociaux, pourquoi pas des sextoys ?

Laissez-nous déconstruire cette intox tout de suite : il n’existe pas de dépendance aux sextoys avérée. Certains comportements de masturbation compulsive peuvent être décrits comme de la dépendance à masturbation, mais ce sont des cas exceptionnels qui n’ont rien à voir avec l’utilisation ou non d’un vibro. ❌

Recourir à un jouet pour adulte est simplement une autre façon de se masturber. Un vibro apporte de la diversité par ses modes et de l’intensité par sa puissance. La régularité des vibrations ou de la succion du clitoris permet de se faire plaisir sans se fatiguer et de jouir grâce à la régularité du rythme

Certaines femmes préfèrent alterner avec leurs doigts ou le pommeau de douche alors que d’autres ne jurent que par leur Coco. Cela ne signifie pas que notre bijou de technologie les rend dépendantes. C’est uniquement une question de préférence personnelle. 🌷

 

 

Alors, allez-y et masturbez-vous sans culpabilité. Vous faites du bien à votre corps, votre esprit et votre âme. Et si vous avez besoin d’un peu plus d’inspiration, on vous recommande vivement cet article sur les bienfaits de la masturbation pour les femmes. Croyez-nous, une fois que vous saurez à quel point c’est bon pour vous, vous ne pourrez plus résister à l’envie de prendre les choses en main. 😏

GO LOVE
YOURSELF

Prix de vente119€
Prix de vente59€

Se faire du bien c’est normal !

Marque engagée

Restons en contact pour plein d'anecdotes croustillantes.