En finir avec le mythe de la virginité
5 minutes

En finir avec le mythe de la virginité

Associée à la notion de pureté morale dans de nombreuses cultures, la virginité est en réalité bien plus qu’une histoire d’hymen déchiré. Dans cet article, Puissante choisit de faire la lumière sur les mythes qui entourent la perforation de l’hymen. Notre objectif : remettre la connaissance de notre anatomie entre nos mains et reprendre le pouvoir sur nos corps of course !

 

Être vierge : les conséquences du culte de la pureté

Dans certaines régions du monde, la virginité est considérée comme une marchandise. Les femmes peuvent être vendues pour leur chasteté, ou contraintes de se prostituer pour rembourser une dette familiale. En Inde, en particulier, la pratique de la vente de la virginité est souvent associée aux castes les plus basses et aux communautés les plus marginalisées.

Chez les Xhosa en Afrique du Sud et en Namibie, les jeunes filles pratiquent la cérémonie de l’Ukuthwala. Cette cérémonie marque l’entrée de la jeune fille dans la vie adulte et consiste en une période d’isolement et de purification. La cérémonie comprend également la démonstration publique de l’hymen de la jeune fille.

🔎 Mais nous n’avons pas besoin d’aller chercher aussi loin pour constater les conséquences du culte de la virginité. En France, certaines familles continuent de demander des tests de virginité à leurs filles afin de prouver leur pureté avant un mariage.

Spolier alert : il est impossible de savoir si une personne a perdu sa virginité. Les médecins peuvent seulement observer l’état de l’hymen. L’Organisation mondiale de la santé condamne d’ailleurs les tests de virginité qu’elle décrit comme humiliants et traumatisants.

La pression pour rester pucelle est si forte qu’elle conduit parfois à des pratiques dangereuses, telles que la chirurgie pour recréer un hymen ou l’introduction de capsules de faux sang dans le vagin.

Prête à démystifier le pucelage et faire bouger les lignes ? 🔥


De la diversité des hymens

Premier mythe, et pas des moindres : la virginité est liée à la présence ou à l’absence de l’hymen chez les femmes. Nope.

L’hymen est une fine membrane située à l’entrée du vagin et qui le sépare de la vulve. Il est naturellement perforé d’un petit orifice plus ou moins étroit qui permet l’écoulement des règles et des pertes blanches. Nous ne sommes d’ailleurs pas les seules à avoir un hymen, d’autres espèces mammifères en possèdent aussi.

Vous vous en doutez donc, toutes les femmes et les femelles ne naissent pas avec le même type d’hymen. Son élasticité et sa forme varient grandement d’une femme à l’autre. Comme pour l’aspect de nos seins, de notre clitoris ou de notre vulve, certains hymens sont plus épais et résistants, tandis que d’autres sont plus minces et fragiles. 💪

C’est justement cette élasticité qui va provoquer plus ou moins de sang ou de douleur lors de la perforation de l’hymen.

 

Le premier rapport se fait dans le sang et la douleur

 Toutes en chœur : Faux ! 🎵


La bonne réponse se trouve une fois de plus au cœur de notre anatomie. La quantité de sang lors de la rupture de l’hymen dépend du degré de vascularisation de celui-ci, qui varie selon les femmes. Un hymen plus souple et moins vascularisé aura tendance à saigner moins qu’un hymen épais et gorgé de petites veines.

Côté douleur, là encore, il n’existe aucune règle universelle. Certaines femmes ressentent le déchirement de leur hymen alors que d’autres ont un hymen déjà perforé à cause de l’introduction de tampon ou d’une pratique sportive par exemple. 💃

Vous voulez la vérité ? L’inconfort ou la douleur éprouvée n’est pas seulement lié à la rupture de l’hymen, mais également à l’expérience limitée des partenaires et au manque de lubrification des muqueuses lors de la pénétration.

 

 

Première fois ≠ pénétration

Autre mythe qui persiste dans les chaumières : l’amalgame entre première fois et pénétration vaginale. Alors, selon vous, être vierge est une question d’anatomie ou d’éveil sexuel ?

Nombreux sont les actes sexuels qui peuvent être considérés comme une première fois. La masturbation mutuelle, le sexe oral, la sodomie sont des pratiques qui stimulent le plaisir sans aborder la pénétration. On vous a d'ailleurs rédigé un article entièrement sur le sujet.

Pourtant, la première fois devrait être synonyme de défloraison, non ? 🤔

Lorsque l’on questionne les détails de la perte de la virginité, on se rend rapidement compte que les clauses du contrat sont relativement floues.

Comprendre l'absurdité de cette injonction est un premier pas vers une sexualité de manière plus libre et épanouissante où chacun.e se concentre sur le plaisir et le consentement mutuel plutôt que sur la pression sociale et les normes rigides. ✨

Un acte sexuel ne se résume en aucun cas à la pénétration et il ne se termine pas forcément par un orgasme.

Il est donc essentiel de promouvoir une éducation sexuelle inclusive et respectueuse qui prenne en compte la diversité des pratiques et des identités sexuelles. 👏

 

Questionner la notion de virginité nous permet de remettre un peu de bienveillance et de respect dans notre sexualité. Si vous avez appris de nouvelles infos sur votre anatomie, pensez à les partager autour de vous. Envie de continuer de faire tomber des tabous sur notre corps dans la bonne humeur ? On vous propose cet article sur les orgasmes vaginaux et clitoridiens.

GO LOVE YOURSELF

Prix de vente$122
Je craque
Prix de vente$149
Je craque

Se faire du bien c’est normal !

Marque engagée

Restons en contact pour plein d'anecdotes croustillantes.