L'orgasme féminin : tout savoir sur le septième ciel

L'orgasme féminin : tout savoir sur le septième ciel

Septième ciel, climax, petite mort, jouissance ultime, notre vocabulaire n’est pas en reste lorsqu’il faut qualifier le point culminant du plaisir : l’orgasme féminin. Bien plus qu'une simple réaction physiologique au cours d’une stimulation sexuelle intense, il est aussi enveloppé d’idées reçues, de stéréotypes et de clichés qu’il est grand temps de déconstruire.

 

Anatomiquement : c’est quoi un orgasme féminin ?

Lorsque l’on observe un schéma de l’excitation sexuelle, on constate qu’il se découpe en 4 phases. Tout d’abord l’excitation qui est la première montée de plaisir. Ensuite, le plateau où les tensions neuromusculaires se font de plus en plus fortes jusqu’à atteindre l’orgasme. Pour clore le scénario arrive enfin la résolution où l’excitation redescend et le corps retrouve son fonctionnement normal.

L’orgasme est donc le point culminant. Chez nous, il se manifeste par des contractions musculaires au niveau du vagin et par une rétraction du clitoris, ainsi que par une augmentation du rythme cardiaque.

Mais le feu d’artifice est davantage visible lorsque l’on observe le cerveau. Grâce à l’imagerie radio, on peut constater l’illumination de presque toutes les régions actives du cerveau. 🎆

Ce spectacle illustre une modification importante de l’activité cérébrale au moment de la jouissance suprême. Notre cerveau passe des fréquences bêta aux fréquences thêta qui sont celles du sommeil et de méditation.

Lors de la montée de l’orgasme, de la dopamine est sécrétée et libérée dans le corps. C’est un neurotransmetteur qui agit comme un amplificateur et qui exacerbe l’intensité des signaux sexuels que reçoit le cerveau.

En fait, L’orgasme est une émancipation soudaine de la tension sexuelle. Mais c’est aussi la libération d’une perception parce qu’il a lieu au cœur de la psyché et non dans les muscles.

C’est d’ailleurs pourquoi il est possible d’atteindre l’orgasme en stimulant n’importe quelle partie du corps. Il existe des orgasmes mammaires, des orgasmes liés au point G, à l’anus ou à une multitude d’autres parties. Hé oui, la peau est une gigantesque zone érogène ! 🤩

Du côté mental, les endorphines libérées diffusent une sensation de bien-être profond qui mène parfois jusqu’à la somnolence.

Bref, contrairement à ce que l’on apprend : l’orgasme, c’est dans la tête et non dans la pénétration.

Pour preuve, 80 % d’entre nous expérimentent la jouissance uniquement par la stimulation du gland du clitoris. Pas de pénétration en vue, ni de technique de va-et-vient particulière à l’horizon.


 

En finir avec les mythes sur l’orgasme

Bien qu’elle soit le pays du romantisme et du « ménage à trois », la France mérite tout de même une séance de rattrapage du côté plaisir féminin.

Selon un sondage IFOP/Cam4 datant de 2015, plus de la moitié des Françaises avouaient avoir du mal à atteindre l’orgasme et moins d’un quart affirmait avoir joui lors de leur dernier rapport. Les femmes seraient-elles de mauvaises élèves de la sexualité ?

Well… vous connaissez notre réponse. 😏

L’expérience sexuelle et en particulier l’orgasme au féminin est inondée d’injonction contradictoire et de manque d’information.

Nombreuses sont les femmes qui se croient frigides en se blâmant devant leur apparente incapacité à jouir. Le problème ne vient généralement pas de nous, mais de la culture sexuelle phallocentrée dans laquelle nous évoluons depuis petite.

Une culture dans laquelle

  • le rapport sexuel est scripté : préliminaires 🠒 pénétration vaginale 🠒 éjaculation masculine 🠒 bisous 🠒 bonne nuit 💤
  • le clitoris est une découverte récente
  • on croit encore qu’il existe des orgasmes clitoridiens ou vaginaux
    (spoiler alert : le clitoris possède deux arcs et deux bulbes tapissés de nerfs qui se prolongent sous les grandes lèvres)
  • on attend de la femme qu’elle crie comme il faut, se cambre et jouisse de manière sexy

Non, l’orgasme n’est pas cet événement mystique, cette étincelle qui se produit uniquement par frottement énergique du clitoris ou du vagin.

C’est le résultat de stimulations sensorielles, de lâcher-prise, de confiance et d’une multitude de facteurs cognitifs et affectifs.

📚 Si vous souhaitez approfondir le sujet, on ne peut que vous recommander Jouir de Sarah Barmak. La journaliste et autrice dédie deux-cents pages à l’orgasme féminin, on adore !

 

Explorer son orgasme grâce à la masturbation

La confiance, le fait d’être bien dans sa peau et le lâcher-prise sont finalement des facteurs bien plus cruciaux qu’une méthode miracle. Pour créer notre propre cartographie du septième ciel, on peut partir en exploration solo de ce qui nous fait vibrer. 🧭

Grâce à la masturbation, nous pouvons tracer notre chemin vers l’orgasme en testant, en osant, dans le non-jugement et avec une bonne dose de curiosité. 

D’ailleurs, en étudiant les effets de l’orgasme sur le cerveau, l’icône américaine de l’éducation sexuelle Betty Dodson a comparé la masturbation à une forme de pleine conscience pratique et amusante.  🧘

Pour explorer votre propre plaisir, vous pouvez commencer par utiliser vos doigts ou bien faire appel à un sextoy spécialement conçu pour l’anatomie féminine.

Vous avez le choix entre des objets destinés à la pénétration ou des suceurs de clitoris. Notre Coco est un vrai accessoire de bien-être qui allie la stimulation clitoridienne et la pénétration. Quelle que soit votre décision, nous vous avons concocté un guide pour tirer le meilleur de votre séance solo. Bonnes explorations ! 😘

 

Se faire du bien c’est normal !

Marque engagée

Restons en contact pour plein d'anecdotes croustillantes.